Guides pratiques

« Ce guide vise à accompagner les établissements d'enseignement supérieur et de recherche dans la mise en place d'actions de prévention, de sensibi­lisation et de lutte contre les LGBTphobies. Il s'adresse à l'ensemble des personnels des établissements d'enseignement supérieur et de recherche (personnel d'en­seignement, de recherche, administratif, technique, de bibliothèques, médical, d'assistance sociale, personnel du Crous, de restauration, d'hébergement, etc.) ou bénévoles associatifs travaillant auprès des populations étudiantes. Ce guide est également une ressource à disposition des étudiantes et des étudiants qui souhaite­raient se doter d'outils pour prévenir et lutter contre les LGBTphobies. Il rappelle leurs droits et leurs obligations ».

« L’homophobie et la transphobie touchent de nombreux élèves à l’École :

les jeunes identifiés comme gays, lesbiennes, bi ou trans (LGBT) - qu’ils le soient ou non - mais aussi les élèves qui s’écartent de la norme de leur sexe ou encore les enfants de familles homoparentales. A l’école, du fait de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, des élèves ou des adultes peuvent être victimes d’actes à caractère discriminatoire et de violences qui tombent sous

le coup de la loi. Les manifestations de l’homophobie et de la transphobie « ordinaires » relèvent parfois du harcèlement. Elles peuvent affecter gravement la construction personnelle et la réussite scolaire des jeunes et contribuent à la dégradation du climat scolaire. Les prévenir, dans l’enceinte des établissements, est donc une absolue nécessité pour assurer la sécurité des élèves et l’égalité des chances entre tous et toutes ».

« Ce rapport comprend 52 recommandations pour faire de Paris la capitale mondiale des droits LGBTI et du tourisme "LGBTI-friendly". Dans un communiqué, la mairie de Paris explique : "l’inclusion et l’égalité sont des priorités pour Paris, alors que les droits des personnes LGBTI restent un combat dans de très nombreux pays. Si Paris est identifiée à l’échelle internationale comme une ville LGBTI-friendly, sa visibilité en la matière s’est révélée ces dernières années en perte de vitesse, faute d’avoir suffisamment valorisé et revendiqué cette position". La Ville a donc confié une mission à Jean-Luc Romero-Michel, qui est aussi adjoint à la maire du 12e arrondissement, sur les moyens de "renforcer l'attractivité de Paris pour les personnes LGBTI" ».